SLIDE+Script menu

Facebook
Twitter
Google+
Instagram
Flux RSS
HelloCoton

jeudi 28 juillet 2011

À travers la campagne, de Yangshuo à Fuli

Aujourd'hui nous avons passé l'une de nos meilleures journée à Yangshuo !

Elle commence pourtant par un déménagement qui me rend tristounette. En effet, nous n'avions réserver l'auberge que jusqu'à la nuit du 27. Il nous fallait donc une nuit en plus. Qui plus est, maintenant que nous partons pour Haikou le 29 c'est 2 nuits supplémentaires dont nous avons besoin. Notre auberge actuelle, le Yangshuo 11 n'en avait plus de disponible, sauf en dortoir, lorsque nous leur avons demandé il y a 2 jours. Du coup, nous partons à l'auberge voisine, le Monkey Jane's. J'ai vraiment un pincement à l'idée de partir car cet endroit était vraiment super. Le personnel est adorable, toujours disponible pour aider et comme nous commencions à y être depuis quelques jours, c'était devenu des camarades, des personnes avec qui nous échangions sur la journée écoulée, etc. Un lieu dans le véritable esprit du voyage et de ce que doit être une auberge de jeunesse.

Mais il nous faut partir. Nous faisons 3 mètres et entrons dans le Monkey Jane's où nous recevons un accueil peu sympathique. Notre chambre cependant est bien.

Après un déjeuner au KFC (il est important d'alterner nourriture européenne et asiatique de temps à autres), nous louons un scooter électrique et partons en direction de Fuli, un village à une dizaine de kilomètres qui selon Daniel, que nous avons croisé la veille, a su garder son authenticité et sa vie locale. Quitter Yangshuo est toujours aussi fou mais c'est incroyable comme on s'habitue et comme cela nous effraie bien moins que lors de la sortie en vélo.

Se promener avec cet engin est génial, nous avons le temps d'admirer le paysage, et nous sentons comme dans un film. Vous savez, lorsque l'on voit les protagonistes principaux, roulant dans des petits villages où des paysages magnifiques défilent derrière eux et où quelques plans montrent des instants de la vie locale, des paysans cultivant leur riz, des grands-mères assises sur leurs chaises devant des maisons etc.


Arrivés à Fuli, nous prenons des chemins de traverse et nous retrouvons dans de petites rues étriquées. Nous avons déjà pu le remarquer en d'autres endroits, mais ici, tout le monde vit porte ouverte et les scènes de repas de familles entières devant la télé, où de femmes qui discutent se multiplient au hasard des rues. C'est également le cas ici mais nous découvrons aussi de grandes planches en bois, où sèchent des éventails. Cette forme d'artisanat est très développée dans ce village.

 Nous cherchons à nous rendre à la rivière, afin de nous baigner. Une personne nous indique le chemin. Là dessus, les chinois sont vraiment biens. Ils ne nous ignorent jamais lorsque nous demandons une indication et prennent même souvent l'initiative, lorsqu'ils se doutent de notre destination, de nous montrer la route à prendre.

Une fois le scooter garé, nous découvrons un tout petit stand avec des éventails et d'autres objets comme des bijoux, porte bonheur etc. Mais ici, personne ne nous harcèle. Les gens nous regardent en silence, tout en fumant leur cigarette. Un calme assez incroyable règne sur ce village. Soudain, un habitant vient acheter de l'eau accompagné...d'un coq. Il lui parle avec vigueur, et le coq le suit jusqu'au stand puis fait demi tour quand son maître à terminer ses achats. Ils repartent tous les deux pendant que l'homme continue à lui parler. Il y a une certaine forme d'absurdité dans cette scène qui nous fait bien rire !

Lorsque nous empruntons un petit pont et entrons dans une sorte de vaste pré, nous pouvons observer de nombreux buffles broutant où se baignant et ne laissant dépasser que la tête, tout ceci au milieu d'un calme extraordinaire.


Nous prenons ensuite un petit chemin et traversons différentes cultures où la terre est pour une fois très sèche. Le soleil tape toujours aussi fort, mais des agriculteurs travaillent d'arrache-pied.

La rivière et une longue plage de cailloux s'étendent enfin devant nos yeux et après un petit coup de crème solaire, nous nous jettons à l'eau. Elle est incroyablement chaude, c'est stupéfiant. De temps à autre, des bateaux en bambous passent et leurs passagers et chauffeurs nous font coucou. Sur la rive d'en face, une femme lave du linge. C'est un instant magique.

Le soleil commençant lentement son déclin, nous décidons de prendre un peu d'altitude pour mieux l'observer. Après être revenus sur nos pas, nous partons vers un autre chemin qu'offre le village, fait de multiples escaliers, au milieu des arbres et aboutissant à un moment, à un point de vue intéressant. Le paysage est somptueux et nous sommes totalement ébahis. Il y a quelque chose de divin dans cet instant de perfection. Seul résonne le bruit de femmes qui discutent sur la rive d'en face et de temps à autres, celui d'un bateau qui passe. Pour le reste, le silence laisse entendre les cris des insectes et les pains de sucre règnent en maîtres sur cette nature tropicale.



Nous remarquons qu'un bateau fait la navette entre les deux rives, et apprenons dans notre guide qu'une autre route, beaucoup plus rurale mais aussi beaucoup plus belle, est possible depuis le village de Dutou. Nous le prenons et un homme nous aide à charger le scooter. L'ambiance est vraiment typique. Des femmes avec leurs nourissons chantent pour les calmer, les sièges ne sont rien d'autres que de minuscules banquettes en bois. Et derrière toujours ce paysage et le soleil couchant...




Je trouve ça incroyable, quand on voit la manière dont on vit en occident, qu'un tel mode de vie existe. Il semble être comme coupé du monde et les gens dégagent une simplicité qui laisse songeur...

Arrivés à Dutou, nous traversons le village et découvrons la route principale (une petite dalle de béton) qui nous ramènera à Yangshuo. Cependant, avant, j'ai le droit à une petite leçon de conduite. Après un départ cahotique, je maîtrise assez rapidement la bête ce qui me ravit. Je songe même à utiliser ce mode de transport en rentrant à Lyon !

La beauté du moment prend toute son ampleur dans ce trajet de retour. Cette petite route qui passe à travers les champs et croise parfois quelques habitations qui semblent seules au monde, mêlée à l'incroyable beauté des pics et de la couleur du soleil confèrent à cet instant quelque chose d'irréel. Nous sentons aussi que malgré toutes les photos et récits, il y aura tant de choses indicibles dans ce voyage. Tant d'instants dont il ne restera qu'une émotion, difficile à communiquer. Nous nous sentons profondément biens et même le retour folklorique à Yangshuo semble nous couler dessus.



Ravis, nous retournons à l'auberge histoire de nous faire beaux. L'accueil est plus sympathique et je commence à me faire à l'idée que nous ayons changé...

Nous nous rendons au restaurant Le Vôtre, qui propose une cuisine française plutôt bon marché (9 euros pour un plat avec côtes d'agneaux ou encore 7 euros pour un tournedos). Nous nous régalons. Ce restaurant est vraiment excellent et mérite le détour. Son seul problème : un chanteur censé mettre de l'ambiance (mais pourquoi enfin il y a déjà la rue pour ça !!!) et nous déversant à pleins décibels son répertoire chinois ringard. Un conseil pour ceux qui un jour peut-être s'y rendront, mettez vous le plus loin possible des enceintes !

Après ce délicieux diner, nous nous rendons au bar situé sur le toit de notre auberge. L'ambiance bat son plein. Comme d'habitude, l'alcool n'est pas cher et nous commandons quelques mojitos qui nous valent un T-Shirt gratuits du Monkey Jane's !

Demain, nous louerons de nouveau un scooter mais cette fois-ci à essence, pour nous rendre au pont du dragon, probablement nous baigner à nouveau et laisser libre cours à notre imagination pour vagabonder entre les villages.

PS : La connection internet est très mauvaise dans cette auberge. Du coup il est fort possible que l'article de la journée de demain soit plutôt posté depuis notre hôtel à Haikou !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire