SLIDE+Script menu

Facebook
Twitter
Google+
Instagram
Flux RSS
HelloCoton

vendredi 22 mars 2013

Les "presque" 4000 îles

La dernière étape de notre voyage devait être les 4000 îles, à l'extrême sud du Laos. Les 4000 îles se situent à un endroit où le Mékong s'élargit. En saison sèche, lorsque le niveau de l'eau baisse, le fleuve laisse apparaître des milliers de petites îles. Certaines d'entre elles, cependant restent à flot tout au long de l'année.

Je sens que vous vous dites "c'est bien beau tout ça mais pourquoi a-t-elle dit DEVAIT ?" Eh bien c'est simple : parce que nous n'en avons pas vu grand chose!

Nous savions que nous nous y rendions pour nous relaxer mais nous avions tout de même prévus de faire au moins le tour à vélo de Don Kone, l'île où nous résidions.






Toujours accompagnés de Michele, nous avons quitté Paksé et pris le bateau pour rejoindre notre petit paradis sur le Mekong. Au cours du trajet, nous avons  pu observer un paysage magnifique, où nature et habitat se mêlaient à la perfection. Les buffles barbotaient paisiblement dans l'eau pendant qu'un peu plus loin des enfants s'amusaient comme des fous.








Et... Voilà ! Dès la première après-midi, Nico a commencé à se sentir patraque. On n'a pas trop relevé car nous étions bien fatigués par notre boucle à moto. Ça ne nous a pas empêché de dîner tous les quatre, avec Katie qui était arrivée la veille et qui nous a rejoint à la guesthouse, en partageant une bonne Beerlao, bien évidemment!

Vivre sur le Mekong et supporter l'OL, c'est possible!!!



Puis le lendemain matin, Nico n'allait toujours pas fort et on a opté pour une journée farniente. Mais dans l'apres-midi, il semblait évident qu'il était malade. Michele nous a prêté son thermomètre : fièvre. Dans la nuit, fièvre qui monte à plus de 39, ça s'annonce mal. Quand le lendemain midi le thermomètre a atteint les 40, on s'est dit qu'il fallait agir !

Seulement voilà, aux 4000 îles il n'y a pas de médecin, et selon les dires de tous les locaux, le plus simple était de retourner à Pakse! Soit près de 160km en arrière !

Nous avons une assistance médicale avec notre carte bancaire. Nous décidons d'y faire appel pour voir ce qu'ils peuvent faire. Après plusieurs échanges (Michele nous prête son portable avec un numéro au Laos pour nous simplifier les choses), nous apprenons que nous allons être transférés le lendemain matin en Thaïlande, à Ubon Ratchatani, près de la frontière et que nous irons à l'hôpital Thonburi. Ainsi Nico aura accès à tous types d'examens et pourra rencontrer un médecin qui parle anglais.

On est un peu scotchés de partir comme ça mais on apprécie également cette prise en charge hyper rapide. Dans la nuit la fièvre grimpe un peu moins haut.

Au matin, on dit au revoir à Michele, ça fait un peu bizarre après 10 jours de voyage ensemble. Peut être que nous le reverrons au Cambodge mais ce n'est pas sûr. Un grand merci à lui pour toute l'aide qu'il nous a apportée pour gérer ces petits problèmes!

Un pick up nous attend sur la côte. Il nous conduit à la frontière, que nous traversons à pied, par un sous-terrain. C'est assez amusant. Puis nous grimpons dans un second pick up qui nous conduit à l'hôpital, où une infirmière nous attend.



En à peine une heure et demi, tous les examens sont faits. Le médecin veut que Nico reste pour la nuit. Nous demandons si je peux dormir dans la chambre avec lui, ça ne pose aucun problème. La fièvre est tombée naturellement. Il semble qu'il ait eu une infection dûe à un manque d'hydratation. Rien de bien grave à priori. 10 jours d'antibiotiques et il sera sur pied.

Nous découvrons une chambre plutôt classe avec frigo, micro onde, petite banquette pour que je puisse dormir etc. Il nous en faut peu : ça nous éclate !




Le lendemain, le médecin annonce à Nico qu'il peut partir, aux environs de 10h du matin. Mais l'assurance doit envoyer des papiers pour la prise en charge et comme elle n'ouvre qu'à 9h en France eh bien il faut patienter ! Nous qui nous voyions déjà en profiter pour découvrir un peu la ville... Mieux ! Faire réparer la tablette ! On avait en effet découvert qu'il y avait un centre de réparation dans cette ville, eh bien rien du tout ! Bon en même temps vue la sieste qu'on a fait l'après-midi, ce n'est pas dit qu'on aurait fait grand chose.

Un second problème se pose à nous : rejoindre le Cambodge. En fin de journée, l'assurance nous appelle pour nous dire qu'elle s'occupe de nous acheminer à Siem Reap ! Il nous faut rester une nuit de plus à l'hôpital. Au moment où ils nous annoncent ça, on est plutôt content de ne pas avoir à sortir chercher une chambre d'hôtel car il y a un gros orage dehors. Pour rejoindre Siem Reap, l'assistance nous réserve un vol avec Thaï Airways... Tranquille !

Et voilà comment nous avons mis 2 heures à rejoindre les temples d'Angkor au lieu de 17h en bus depuis le Laos et comment nous avons refait escale en Thaïlande !

Tuk Tuk cambodgien à l'aéroport de Siem Reap (Angkor)



Ce qui était un peu angoissant lorsque nous étions isolés aux 4000 îles s'est transformé en une aventure dans l'aventure ! À présent, Nico se porte très bien, on s'est trouvé un petit hôtel bien sympa avec piscine et on va très bientôt découvrir Angkor! Parfait!

8 commentaires:

  1. Très contente de vous retrouver sur le blog après toutes ces péripéties
    et j'espère que tout va pour le mieux à présent. Je pense bien à vous
    et je vous souhaite une bonne continuation. Grosses bises. BRUNA

    RépondreSupprimer
  2. aaaahhhh, Nicolas... the needle in your hand... aaaaahhh... i'm gonna faint... *thud* ---Michele---

    RépondreSupprimer
  3. Purée... vachement bien l'assurance! On veut la même ;-)...
    Profitez bien du Cambodge

    RépondreSupprimer
  4. Salut les amoureux ! Je trouve que Nicolas est un excellent comédien !! Le coup de la fièvre à 40° pour finalement réduire le temps de trajet jusqu'au Cambodge ! Il fallait y penser ! Je plaisante bien sûr...Profitez-bien du Cambodge, j'ai hâte de connaître la suite de "l'épisode" !!! Gros bisous. Nathalie (ta cousine)

    RépondreSupprimer
  5. Wow, mais quelle prise en charge! Moi aussi je veux la même assurance! ;)

    RépondreSupprimer
  6. Bon alors en fait c'est pas du pipo les assurances de prise en charge a l'autre bout de la planete ! Tout est bien qui fini bien, et c'est bien là l'essentiel ;-)
    Encore de tres belkes photos-

    PS : tu l'as payé combien pour qu'il mette le maillot de l'OL ?

    RépondreSupprimer
  7. Bonne route!!!pour nous c est rassurant de savoir que les assurances fonctionne si bien,nous prenons la route dans un peu plus de un moi avec notre fils de 10 ans.

    RépondreSupprimer
  8. L'horreur! heureusement tout est bien qui fini bien!
    J'ai travaillée pour l'assistance, 1 an et demi, j'en connais toutes les ficelles, du coup j'essaye de répendre autours de moi! Vous avez très bien fait d'appeler toute de suite ;)

    Cécilia

    RépondreSupprimer